LA Graine de... Lutte

Lutte 1 - ZAC "Les Portes du Tarn"

#01. Jacques Périno, 

Naturaliste, Ligue de Protection des Oiseaux

Abonnez-vous

logoYouTube.png

Dans le Tarn, les habitants se mobilisent contre l'installation d'une plateforme logistique de 70 000 m2 sur la ZAC des portes du Tarn. Le projet de cette ZAC entraînerait à terme, un bétonnage de 200 hectares de terres agricoles et une atteinte à une centaine d'espèces protégées, notamment un petit rapace, l'Élanion blanc, qui se reproduit sur la zone. Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a dans un premier temps, rendu un avis défavorable à la demande de dérogation du constructeur en juillet 2019. Cet avis défavorable est le fruit d'un travail de terrain de plusieurs naturalistes dont Jacques Périno. Mais il faut rester vigilant car en janvier 2021, Les Portes du Tarn ont reçu un avis « favorable avec conditions » de la part du Comité National pour la Protection de la Nature (CNPN). Nous verrons dans les prochains épisodes les actions qui seront menées pour éviter l'implantation de cette plateforme logistique et au delà le bétonnage de 200 hectares de cette ZAC. En attendant, dans cet épisode, Jacques nous raconte sa passion pour la nature en général et pour cette zone en particulier.

#02. Naissance d'un projet inutile et imposé

sur la ZAC "Les Portes du Tarn"

Dans cet épisode nous retrouvons Françoise Mena, François Rivals et François Autelitano, Ces 3 militants connaissent le dossier sur le bout des doigts, car ils le suivent depuis presque 10 ans. Ils nous racontent la naissance d'un projet inutile et imposé sur la ZAC "Les Portes du Tarn".

#03. Plateforme logistique XXL TERRA 2

sur la ZAC "Les Portes du Tarn"

Pour ce troisième épisode consacré à la ZAC "Les Portes du Tarn", les militants nous parlent en particulier du projet d'installation de la plateforme logistique XXL TERRA 2 et ses 500 camions par jour, tout cela à 300 m des habitations.

#04. Éviter, Réduire Compenser 

sur la ZAC "Les Portes du Tarn"

sur la ZAC "Les Portes du Tarn"

Pour le 4ème et dernier épisode consacré à la ZAC "Les Portes du Tarn", cette semaine les militants nous parlent de l'acronyme ERC pour Eviter, Réduire, Compenser. Une centaine d'espèces protégées et leur habitat seront détruits si les préfets du Tarn et de la Haute-Garonne signent la dérogation à la destruction d'espèces.

Dans le Tarn, les habitants se mobilisent contre l'installation d'une plateforme logistique de 70 000 m2 sur la ZAC des portes du Tarn. Le projet de cette ZAC entraînerait à terme, un bétonnage de 200 hectares de terres agricoles et une atteinte à une centaine d'espèces protégées, notamment un petit rapace, l'Élanion blanc, qui se reproduit sur la zone.
Saint-Sulpice-La-Pointe
Buzet-sur-Tarn
ZAC des Portes du Tarn

Quelques unes des espèces protégées nouvellement recensées en 2018 sur le site de la ZAC Les Portes du Tarn. Photos Jacques Perino

Reporterre publie une carte de toutes ces luttes locales, réalisée avec Le Mouvement et Partager c’est sympa

Dans le Tarn, les habitants se mobilisent contre l'installation d'une plateforme logistique de 70 000 m2 sur la ZAC des portes du Tarn. Le projet de cette ZAC entraînerait à terme, un bétonnage de 200 hectares de terres agricoles et une atteinte à une centaine d'espèces protégées, notamment un petit rapace, l'Élanion blanc, qui se reproduit sur la zone.

© Repoterre.net

Consultation publique ZAC des Portes du Tarn

Dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées - ZAC des Portes du Tarn - Saint-Sulpice-la-Pointe (81) et Buzet-sur-Tarn (31)

 

publié le 11 février 2021 (modifié le 12 février 2021)

 

Contexte et objectifs du projet

Le projet consiste en l’aménagement d’une zone d’activités concertée sur une emprise de 198 ha sur les communes de Saint-Sulpice-la-Pointe (81) et de Buzet-sur-Tarn (31). Un arrêté préfectoral avait été délivré en 2014, sur la base des espèces alors recensées et impactées. L’arrêt de l’agriculture ainsi que la mise en place des premières mesures d’évitement et de compensation ont permis l’installation de nouvelles espèces, notamment d’oiseaux.

Au regard de ces nouvelles espèces et des impacts potentiels, cette réalisation nécessite la destruction de spécimens et/ou d’habitats de repos et de reproduction de 47 espèces de faune protégée supplémentaires.

Cette atteinte à des espèces protégées nécessite par conséquent une dérogation à la protection stricte des espèces, en application du code de l’environnement (L411-2).

Conformément à la charte de l’Environnement, le public est invité à prendre connaissance de cette demande de dérogation espèces protégées et peut émettre des observations.